Professeur JG BALIQUE

Docteur G BARABINO

Clinique du Parc

La RRAC

Principes

La RRAC (Récupération Rapide Après Chirurgie) est un mode de prise en charge innovant centré sur le patient.
Initié dans les années 1990 dans les pays nordiques par le Professeur Henrik Kehlet en chirurgie digestive, ce concept qui vise à permettre au patient de récupérer plus vite ses capacités fonctionnelles après une intervention chirurgicale, et ainsi retrouver plus rapidement son environnement familial et ses activités quotidiennes le plus sereinement possible.

L’objectif est triple :

  • Limiter la douleur
  • Réduire le risque de complications
  • Rendre le patient rapidement autonome

Une prise en charge pluridisciplinaire

La RRAC repose sur un travail d’équipe incluant chirurgiens, anesthésistes ainsi que l’ensemble du personnel paramédical, mais surtout le patient qui est au centre photo de cette prise en charge innovante. La mise en commun des connaissances permet d’améliorer la prise en charge et de réduire les risques éventuels.

Le patient connaît les différentes étapes de son hospitalisation, les exercices à réaliser avant, pendant et après l’intervention chirurgicale, les objectifs à atteindre pour envisager son retour à domicile en toute sécurité. Il joue un rôle clé dans la RRAC.

 

Une information précise du patient

Le chirurgien et le médecin anesthésiste lors de la première consultation préopératoire expliquent au patient les différentes étapes de son hospitalisation future. La connaissance des différentes étapes de la prise en charge permet à ce dernier de mieux appréhender l’intervention. Il arrivera dans les meilleures conditions possibles pour son opération. Il détient également toutes les informations nécessaires pour son retour à domicile.

Une prise en charge avant, pendant et après l’intervention

Le patient avant la chirurgie devra se préparer physiquement à la chirurgie : de la kinésithérapie respiratoire est mis en route pendant les 15 jours qui précèdent la chirurgie ainsi qu’une nutrition spécifique.
La combinaison de plusieurs molécules lors de l’anesthésie agissant sur les centres douloureux permet fortement à réduire la dose administrée au patient, mais également à diminuer les effets secondaires désagréables : nausées, vomissements, …
Sans douleur, le patient peut rapidement se lever et s’alimenter normalement.
La mobilisation précoce assisté par un kinésithérapeute permet de réduire le risque de complications lié notamment à un alitement trop long.

Un retour rapide à domicile

Après avoir rempli les objectifs qui lui sont fixés à l’avance (bon état de la plaie, pas ou peu de douleur, reprise de la marche, montées/descentes d’escaliers, …), le patient pourra retourner rapidement chez lui, dans des conditions tout à fait sécurisées.

Les étapes de la RRAC

Les programmes de RRAC comportent systématiquement 3 phases : préopératoire, préopératoire, et postopératoire.

Phase préopératoire (avant l’intervention) :

L’explication et l’adhésion du patient au protocole sont indispensables dès la consultation chirurgicale puis anesthésique. Il s’agit d’une véritable optimisation préopératoire du statut physique et psychologique (sevrage du tabac et alcool, évaluation et correction d’une éventuelle dénutrition, préparation physique).

Un jeûne strict même aux liquides depuis la veille de l’intervention n’est plus nécessaire, il peut être proposé au patient de boire du liquide sucré jusqu’à deux heures de l’intervention chirurgicale.

Phase préopératoire (pendant l’intervention) :

L’utilisation de techniques chirurgicales mini invasives est privilégiée (coelioscopie +++), ainsi que l’abandon des sondages intempestifs, des drains, notamment en chirurgie prothétique.

Le geste chirurgical est complété par des infiltrations analgésiques d’anesthésiques locaux.

Phase post-opératoire (après l’intervention) :

La mobilisation précoce est rendue possible par des antalgiques systématiques, par voie orale précocement, et adaptés à chacun selon des protocoles prédéfinis.

Cette mobilisation précoce, grâce au travail de l’équipe de kinésithérapeutes et du personnel soignant permet une meilleure récupération de la force musculaire. Le patient sera encouragé à se lever quelques heures après l’intervention si son état le permet.

Le traitement adapté et synergique de la douleur agit sur les 2 principales composantes de la douleur : inflammatoire et neuropathique. La réalimentation précoce renforce le système immunitaire et améliore la sensation de confort.

Interventions pratiquées en RRAC